Le désir de transmettre caractérise notre mission, nos apostolats. C’est une joie de redonner ce que nous avons reçu (cf 1 Co 4,7) et d’accompagner les personnes vers le Christ, dans l’Eglise.
Cette orientation commune se décline différemment selon chaque sœur. Chacune s’engage dans la mission selon ses aptitudes, ses compétences. Nous cherchons à faire fructifier nos talents dans un esprit de service. En Fraternité, le dialogue franc, la confiance et le soutien mutuels nous permettent d’être garantes les unes des autres. L’enjeu est que chacune puisse rester « en tenue de service » tout en ayant les coudées franches pour prendre ses responsabilités dans la mission qui lui est confiée.
Le choix de la mission, et en particulier du travail à mi-temps, procède d’abord d’une réflexion commune, d’un dialogue avec la sœur. Ensuite, lorsque le choix est arrêté, la sœur est missionnée par la Fraternité. Dans le cas d’une mission d’Eglise, elle reçoit une lettre de mission de l’évêque.
Depuis notre arrivée à Nantes, nous sommes salariées à mi-temps pour des services d’Eglise : un poste pour le service du catéchuménat des adultes, l’écoute et l’accompagnement spirituel, un poste pour la catéchèse, un autre poste pour une aumônerie d’hôpital. Mais nous envisageons également la possibilité d’avoir un travail salarié en dehors d’un service d’Eglise, à partir du moment où il est vécu dans un esprit missionnaire.
D’autres petites missions gravitent autour de notre mission paroissiale et diocésaine, comme par exemple:
– Etre membre de l’Equipe d’Animation Paroissiale
– Assurer l’accompagnement spirituel de la maison « Marthe et Marie »
– Accompagner l’année d’EVEN III
– Donner des enseignements pour la formation des Laïcs En Mission Ecclésiale (L.E.M.E.)

Il y a enfin les missions et activités propres à notre Fraternité.

Le choix d’un travail salarié à mi-temps nous permet de garder l’équilibre avec la vie de la Fraternité, d’autant plus que notre mission première est une mission commune, celle de « prier au cœur de la ville ». Aussi, même si le zèle et l’enthousiasme nous pousseraient à consacrer plus de temps à la mission, nous sommes gardées par notre règle de vie. Comme le dit notre évêque : « La mission, c’est comme le gaz, ça prend toute la place qu’on lui laisse. » Or, nous sommes d’abord consacrées à Dieu, appelées à vivre en Fraternité, avant d’être envoyée en mission.

2017-07-03T10:55:44+00:000 commentaire

Laisser un commentaire

elit. at fringilla Lorem tempus ipsum Sed luctus tristique